Intérim digital : une tendance qui explose

Entreprises août 05, 2021

L’intérim digital désigne les agences qui opèrent à 100% par des outils en ligne, sans avoir pignon sur rue. Elles s’opposent aux agences traditionnelles constituées en réseau régional ou national, comme Adecco ou Randstad.

Ces nouvelles sociétés se sont multipliées depuis 2015 et prennent une part croissante du marché du travail temporaire en France. Estimée à 2,5% en 2020, une récente étude Xerfi la voit monter à 7,5% en 2023, soit près de 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires cumulé.

Même certaines agences classiques s’y mettent, en créant des offres 100% numériques, ce qui fait nécessairement converger le marché de l’emploi vers une digitalisation forte. Comment se matérialise-t-elle ? Comment va-t-elle évoluer ? Décryptage dans cet article.

Une tendance de fond chez les entreprises et les candidats

Depuis près de 10 ans, l’évolution des usages vers plus de numérique se fait clairement ressentir dans le marché de l'intérim. D’après Pôle Emploi, ce sont 9 chercheurs d’emploi sur 10 qui consultent leur smartphone pour trouver des offres. Les job boards en ligne se sont multipliées avec succès : Indeed, RegionsJob… Les évolutions technologiques, initiées par les start-ups, permettent de signer son contrat, déclarer ses heures, ou recevoir sa paie directement depuis son téléphone.

Même sur des populations ou des métiers supposés plus traditionnels, le digital est devenu un moyen inéluctable de gérer ses missions intérim.

Côté clients, même combat. Les managers et DRH sont à la recherche de solutions plus flexibles pour recruter, disponibles 7 jours sur 7. Ils ont commencé à recourir à des logiciels en SaaS depuis des années pour leur gestion administrative, financière ou commerciale, il est logique pour eux de passer sur une solution d’intérim digital.

L'accélération de l'intérim digital suite aux confinements

L’apparition de nouvelles solutions dématérialisées ne datent donc pas d’hier. Néanmoins, la crise sanitaire liée au Covid-19 a nettement accéléré le déploiement de ces solutions chez l’ensemble des acteurs de l'intérim.

Avant 2020, il pouvait y avoir des réticents, ou des secteurs moins sensibles que d’autres, comme le BTP. Désormais, tout le monde est dans le même bateau. Les contraintes de fermeture et de geste barrière ont obligé les parties prenantes à basculer sur des méthodes de recrutement en ligne, pour continuer de tourner convenablement. Les confinements successifs ont achevé d’ancrer ces nouvelles manières de faire dans les comportements, quelles que soient les générations et les activités.

Des niveaux de digitalisation très disparates en agence

Depuis 2020, nous sommes rentrés par la force des choses dans une digitalisation globale du marché, réaffirmée par Xerfi. Cela étant dit, les niveaux de digitalisation restent très disparates. Tout le monde ne perçoit pas le terme de la même manière. On peut distinguer deux grands niveaux.

Le premier consiste simplement à transposer les méthodes traditionnelles au numérique, pour gagner du temps d’un point de vue administratif : signature électronique des contrats, bulletin de paie en ligne, espace personnel accessible à distance… C’est un début, c’est ce que font la majorité des agences, mais c’est partiel.

Le second niveau consiste à repenser l’ensemble des méthodes par un prisme numérique, pour gagner en qualité de service et d’expérience. Par exemple chez Side, au lieu de sourcer les candidats via des cvthèques, nous utilisons les nouvelles technologies du big data pour connaître notre vivier de candidats avec précision, activer uniquement les profils pertinents pour une mission et les laisser se positionner eux-mêmes lorsqu’ils sont intéressés. Leur expérience et notre temps de réactivité s’en trouvent largement améliorés.

Il faut donc faire attention avec les notions de digital ou d’intelligence artificielle prônées en façade par certains. En réalité, les expériences proposées peuvent varier très fortement selon le niveau de maturité de chacun.

Le succès des offres hybrides sur le marché de l'emploi

Certes, les usages évoluent, les technologies se développent (plus ou moins vite), mais il est bien un secteur qui résiste aux sirènes du tout virtuel, c’est les ressources humaines. Pour une raison simple : nous sommes dans l’humain, sur des métiers variés, complexes, avec une culture propre à chaque entreprise. Par conséquent, les modèles d’intérim en ligne qualitatifs s’appuient également sur un accompagnement humain de proximité.

Chacun a sa propre stratégie. Chez Side, nous avons des équipes formées sur le marché du travail temporaire, disponibles 7 jours sur 7 ; chaque entreprise et chaque intérimaire bénéficie d’un chargé de compte, qui peut suivre son évolution sur la plateforme et apporter des conseils personnalisés. La notion d’agent se retrouve donc sous une nouvelle forme. Chez d’autres ”pure players”, des agences physiques sont ouvertes.

A terme, on risque d’assister à une convergence des modèles traditionnels et numériques. Les offres de demain seront hybrides, capables de trouver le bon équilibre entre humain et digital, pour garantir une qualité de service optimale.

Gaspard Schmitt

Co-fondateur de Side